les conseils pratiques améliorent les résultats commerciaux

L'équipe de Soutien à la gestion agricole de Lely fournit des conseils aux éleveurs bovins. Lely dispose désormais d'un groupe de 10 consultants aux Pays-Bas et en Belgique, qui fournissent un support quotidien aux clients de Lely pour atteindre leurs objectifs commerciaux. Lely répond aux besoins de l'éleveur avec des conseils intensifs et structurels et des conseils agricoles pour la traite ou l'alimentation automatique. Depuis la fin de l'année dernière, Hein van der Hulst, à De Rips (Pays-Bas), travaille aussi avec un conseiller en Soutien à la gestion agricole. "C'est une vraie valeur ajoutée, avec le conseiller, nous peaufinons notre entreprise", déclare avec satisfaction l'agriculteur.

24 mai 2018

Actualités

xx

Optimisation des entreprises et des résultats

Les conseillers en Soutien à la gestion agricole sont étroitement impliqués avant, pendant et après le début de la traite robotisée et de l'alimentation automatique. Les objectifs commerciaux du producteur laitier sont inclus dans le soutien au démarrage.  En outre, les conseillers donnent des instructions pour l'utilisation du programme de gestion (Time4Cows) et pour les routines quotidiennes autour de la traite robotisée.  Les conseillers sont également impliqués après la période de démarrage, par exemple pour l'examen des paramètres d'acheminement de certaines vaches nécessitant une attention particulière, les réglages laitiers et le processus de traite robotisée et le pâturage.  Par ailleurs, une assistance à long terme est procurée aux clients qui utilisent la traite robotisée depuis un certain temps pour optimiser la gestion de l'entreprise.

 

Collaboration entre professionnels agricoles

La préférence est donnée à une collaboration étroite avec d'autres professionnels agricoles, tels que le conseiller en alimentation impliqué et éventuellement le vétérinaire.  Un plan est établi avec eux pour la réalisation des objectifs commerciaux du producteur laitier.

« Le soutien à la gestion agricole, on en a pour son argent »

L'éleveur bovin Hein van der Hulst à De Rips traite avec deux robots de traite A4 et déclare que le Soutien à la gestion agricole est une valeur ajoutée. Van der Hulst : « Nous trayons depuis 2014 avec des robots de traite et cela nous convient. Cependant, nous avions remarqué que le nombre de traites était insuffisant. Autour de nous, nous entendions des éleveurs dire que leurs vaches étaient traites trois fois par jour, mais ce n'était pas le cas chez nous. » En plus du manque de stimulation des visites au robot, Van der Hulst avait aussi un problème d'alimentation résiduelle dans le robot de traite.  « Nous avons énormément investi dans la traite automatique et nous aimerions utiliser les nombreuses possibilités du système. »  Guus de Wit, conseiller en Soutien à la gestion agricole du Centre Lely à Venray (Pays-Bas), a aidé Van der Hulst dans cette démarche. À la fin de l'année dernière, il a visité la société pour analyser la situation.  «Pendant la visite, il était clair, entre autres, que nos temps de nettoyage du robot (sur trois jours) n'étaient pas correctement ajustés. Nous avons constaté que les vaches marchaient vers le robot vers six heures et demie – l’heure à laquelle le robot était nettoyé - de sorte que de nombreuses vaches allaient s’allonger à nouveau et ne retournaient pas rapidement vers le robot. En avançant le temps de nettoyage de 1,5 heure, le nombre de traites est passé de 2,8 à 3,1 par vache et par jour », explique Van der Hulst.

Expérience et connaissances

Le fait que les vaches ne mangeaient pas les concentrés dans le robot de traite était dû à une vitesse d'alimentation (apport par minute) trop élevée. Ceci a été démontré par l'analyse du conseiller en Soutien à la gestion agricole.  « Nous avons réduit la quantité de concentrés.  Par ailleurs, nous avons demandé au robot de traite de « prioriser » les vaches avec une vitesse de traite élevée, afin que les vaches ne soient pas libérées du robot tant qu'elles n'ont pas terminé de manger leurs concentrés. C’est ainsi que le problème a été résolu », explique Van der Hulst.  « L'automatisation offre de nombreuses possibilités, mais vous devez savoir ce qu’il faut changer.  Guus de Wit visite souvent des entreprises et est confronté à diverses situations. Raison pour laquelle il a acquis beaucoup d'expérience et de connaissances. Avec l'aide de TeamViewer, il peut examiner la situation avec nous et nous conseiller, si nécessaire. « Cela nous rassure. Le soutien nous permet de tirer plus de litres de lait », ajoute Van der Hulst. « On en a pour son argent ! », dit le fermier avec satisfaction. Avec le Soutien à la gestion agricole, ils mettent «les points sur les i ». C’est ce que Van der Hulst appelle       « Peaufiner l'entreprise ».

Pour lire la suite:

Top