« une organisation du travail facilitée grâce à l’automatisation des tâches »

Parcours éleveur :
Lorry a toujours connu la ferme de ses parents; à la fin de ses études il a d'abord travaillé pendant 2 ans en remplacement dans différentes fermes pour se faire sa propre expérience puis s’est installé.

Lorry a toujours voulu travailler en traite robotisée; une fois installé, il a visité pendant 2 ans différentes exploitations équipées, en Bretagne mais aussi à l’étranger : Pays-Bas, Italie, Canada, Allemagne.

« L’automatisation pour avoir une vie à côté »

rien

« J’ai choisi l’automatisation de la traite avant tout pour améliorer mes conditions de travail, mais aussi pour pallier au manque de main d’oeuvre; dans 7 ans, je serais confronté au départ en retraite de mes parents et de mon associé. Je compte me spécialiser dans le lait avec un maximum de postes automatisés, 2 ou 3 employés avec des routines bien organisées et qui tournent. J’ai travaillé 3 ans sans robots et ça n’a rien à voir. J’ai toujours vu mes parents travailler tous les jours, rentrer le soir à 21h, voire plus tard; avec le robot, je voulais avoir la possibilité d’organiser mon travail de telle heure à telle heure pour profiter de ma famille et faire du sport à côté. Aujourd’hui, sauf cas exceptionnel, à 18h je suis parti de la ferme.»

Pourquoi avoir choisi Lely ? « Parce que je suis de la génération des vidéos sur Internet. J’ai vu plein de vidéos notamment au Canada, à 3 traites par jour avec des vaches qui allaient au robot toutes seules sur une ferme à 12 robots ou bien une petite ferme de 55 vaches avec du pâturage et des vaches qui revenaient des champs et allaient au robot d’elles-mêmes; j’ai trouvé ça génial, le bien-être des vaches sur ces images était évident ! »

« une organisation du travail facilitée grâce à l’automatisation des tâches »

rien

« Avec le T4C les robots font le travail et transmettent les informations. 80% du travail, c’est les robots (traite et alimentation) qui les réalisent; les 20% restant, c’est l’éleveur avec les vaches à soigner, en retard…Pour le salarié c’est beaucoup plus simple, il n’a pas à prendre de décision ou à juger de l’état d’une vache, il regarde la liste et va chercher celles qui ont besoin. Le T4C est très bien conçu, les infos sont affichées de façon simple et claire dans les tableaux de suivi. On a eu plusieurs salariés à la ferme et tous ont réussi à s’en servir rapidement et sans difficulté. Çela m’aide dans mon rôle de chef d’exploitation sur la partie gestion du travail de mes salariés »

« Le Juno fait la différence sur le travail effectué. Quand on a des salariés, bien souvent, ils oublient de repousser le fourrage, c’est la dernière chose qu’ils vont faire le soir et il faut leur rapeller, du coup les vaches ont faim. Ils ne se rendent pas compte de l’importance d’avoir toujours de la nourriture à l’auge. Alors que c’est très important d’avoir une ingestion constante, çela a un impact sur l’état des vaches. Les refus avec le Juno sont beaucoup plus limités. L’homme ne se lève pas la nuit pour repousser donc çela fait encore une différence avec le robot. Le matin, environ 20% des vaches restent couchées, ça veut dire qu’elles ont mangé pendant la nuit. »

Bien-être animal

.

« Niveau comportement, les vaches sont beaucoup plus calmes; lorsque l'on fait un tour au milieu d’elles, elles ne bougent pas, elles restent calmes et posées. On fait du préventif par l’alimentation, la conduite du troupeau, le parage, l’allotement par groupes taries, génisses, préparation vêlage, veaux 0-2 mois et des bâtiments adaptés. Pour le confort thermique il y a de grands ventilateurs à l’intérieur du bâtiment (qui est ouvert et orienté à l’Ouest) pour une bonne aération. Même quand il fait très chaud les vaches ne souffrent pas de stress thermique.

Sur la santé des pattes, il y a beaucoup moins de problèmes de pattes que quand elles stagnaient dans les parcs d’attente. Le pareur vient tous les mois ½ alors que d’habitude, c’est une ou deux fois par an. Avec le T4C, on a une liste de toutes les vaches après le vêlage pour les parer, ça permet de prendre les devants pour les boiteries et c’est surtout important en élevage hors sol. Avoir les robots de traite et d’alimentation, ça nous permet de travailler sur d’autres postes qui sont aussi très importants pour la conduite de l’élevage.

Avec 3 traites par jour, on a une meilleure santé des mamelles globalement. On complète cette prévention par l’utilisation du sable Dollit dans les logettes. Les bactéries sont tuées par le PH du sable, on a beaucoup moins de mammites; c’est facile à utiliser et on le change une fois par semaine. 2 lots sont sur logettes creuses et sable pour les 1ères lactation et j’ai un lot de vaches en 2ème et 3ème lactation sur matelas et sable. En travaillant sur le bien-être animal, notamment pour mes plus vieilles vaches, j’en ai récupéré 3 sur 5 que je pensais réformer et qui sont reparties en production.»

« Comme la traite est déléguée au robot, une vache qui va bien on la voit 6 fois par an: au vélâge, à l’insémination, à l’échographie, au tarissement, au parage. 80-90% des vaches se débrouillent, il y a une relation de confiance dans les animaux. Si la vache est bien, il faut la laisser vivre sa vie. »

Communication sur Facebook

?

« C’est ma compagne qui m’y a encouragé. Comme l’élevage a une assez bonne réputation, il y a pas mal de gens qui me demandent si j’ai des vaches à vendre; ou bien on me pose des questions sur les robots de traite. Du coup, cela m’a poussé à communiquer sur notre métier. J’en avais aussi assez de voir une minorité de personnes, qui ne sont pas du milieu, monopoliser Internet et dégrader l’image des agriculteurs. Quand on voit ce que fait Agriskippy par exemple c’est top ! »

Infos Ferme

  • 5 UTH pour 4 ateliers : Lorry+1 salarié atelier lait / 1 associé atelier porc/ Conjointe atelier volaille/ Père atelier veaux de boucherie
  • 3 Lely Astronaut A4/ 1 Lely Juno depuis 2013
  • 190 vaches laitières Holstein
  • 2 100 000 litres produits, freinés par la laiterie, objectif 2 500 000 litres.
  • Alimentation : maïs, ensilage, luzerne ensilage, herbe ensilage,le tout produit sur la ferme sur 180 hectares.

Pourquoi Lely?

Partout dans le monde, les éleveurs font des choix sur la manière d'organiser et de gérer leur élevage. Chaque jour, nous les aidons à prendre les meilleures décisions, tant pour eux que pour leur élevage. Nous les conseillons et nous leur fournissons des solutions innovantes qui contribuent à une gestion efficace de leur élevage. Pour une production durable de lait et de viande. Aujourd'hui et demain.

Top

Le site Web Lely utilise des cookies. Plus d'information sur cette page. Fermer