Pourquoi avoir fait le choix du robot de traite ?

« Nous avons travaillé en salle de traite pendant 10 ans, à 48 ans nous nous sommes dit que c’était le bon moment de changer avant d’avoir des pépins de santé et puis c’était long à traire, il fallait compter 2h entre le nettoyage, les soins, puis la traite en elle-même. On a comparé plusieurs marques mais dans notre tête, c’était rouge !

On a un cousin équipé d’une autre marque qui branche ses génisses à la main, il faut attacher la porte du robot, le logiciel est compliqué à comprendre, avec Lely les cadrans de suivi c’est plus simple ! Tous les mois, il doit re-paramétrer toutes les vaches en fixe, ça ne se fait pas automatiquement, c’est beaucoup de boulot pour rien.

Le bras du robot nous semblait moins solide, mécaniquement sur le bras Lely il n’y a pas trop de mouvements, de jeu, contrairement à l’autre. Pour le même prix, on n’avait pas de colliers activité rumination, pas de cellules, il fallait remettre de l’argent au prix du robot. On voyait aussi de l’eau qui coule en permanence alors on se demandait ce que ça pouvait donner au niveau sanitaire.

Nous avons fait un stage à la laiterie sur l’aménagement du bâtiment où nous avons pu voir une implantation de robot. Avec notre commercial, nous avons visité 5 éleveurs équipés dans le Sud Sarthe notamment, ça nous a permis de prendre des idées comme les tapis en caoutchouc noirs qui sont faciles à laver et pas salissants. Nous sommes allés voir le A3 à des portes ouvertes avec notre voisin. Il est aussi parti sur un robot Lely, alors nous avons pu suivre son projet, le montage, la mise en route, etc… Nous avons signé début décembre 2012, ça m’a pris 1 an de travaux tout seul pour tout faire le bâtiment, et de toutes façons nous voulions absolument démarrer en début d’hiver, pour ne pas être dans le pâturage.

A la mise en route on était tendus et perturbés, il a fallu une bonne semaine pour qu’on réorganise tout notre travail, notre façon de fonctionner avec ma femme. Mais aujourd’hui, on ne reviendrait pas en arrière pour rien au monde ! On gagne le temps d’une traite, c’est simple, ça nous permet de faire autre chose. Avant avec la traite, on était bloqué 2h fixe, là on peut reporter une tâche à plus tard. Le dimanche matin si on est sortis le samedi soir, on peut dormir un peu plus tard sans se stresser. L’hiver ça nous permet de rentrer plus tôt, le soir on est à 19h à la maison.

Les alarmes, ça arrive parfois mais on s’arrange avec le voisin si besoin. La dernière, c’était une vache qui tapait dans les tuyaux, mais depuis qu’il y a un clip autour des tuyaux, ça n’arrive plus. »

« le robot, ça libère »

,

« Le robot fait la traite mais pas seulement, il fait aussi DAC et surveillance des chaleurs. L’inséminateur est surpris par la précision des détections, on a de bons résultats de repro grâce aux colliers de surveillance des chaleurs. Le robot ça libère, avant, il fallait au moins passer 3 fois minimum par jour dans le bâtiment pour repérer les chaleurs, maintenant c’est fini on regarde l’écran d’ordinateur et c’est bon on sait tout de suite lesquelles il faut inséminer. On détecte aussi les vaches malades bien en amont avant le voir à l’oeil. Ça permet de les soigner tout de suite, avant d’aller voir la vache, on voit sur l’écran si elle a de la température, si elle ne rumine pas, tous ces paramètres qui sont essentiels. Avec le robot on a baissé en cellules de 250 000 à 150 000. On a à peine 2-3 mammites par an maximum. Le robot assure la désinfection entre chaque traite, donc pas de transmission entre les vaches, c’est mieux qu’en salle de traite.


On utilise le logiciel de suivi Lely T4C au bureau et à la maison au moins 3 fois par jour, pour voir les vaches en chaleur, les productions moyennes sur 24h, l’évolution par rapport à l’alimentation. Il n’y a pas forcément besoin d’être des pros en informatique pour se savoir se servir d’un robot, au début ça nous faisait un peu peur mais en fait le logiciel de suivi est très facile et intuitif.
Une vache à 50 kgs, elle vient 4 fois, c’est mieux pour elle, ça l’aide à se sentir soulagée et pour la production c’est mieux. En février 2017, on a eu un pic de production à 9 800 kgs, en Montbéliardes, c’est assez exceptionnel !


Les Montbéliardes sont très calmes, un peu pot de colle, les génisses passent sans problème au robot, les vaches se gèrent toutes seules. On n’a pas réformé de vaches pour le passage au robot. Il y a 40 ans, on a acheté 3 Montbéliardes en complément de nos Normandes comme mon frère avait découvert cette race à Poisy, puis peu à peu, on est passé en 100% Montbéliardes. Au niveau de la sélection et de la génétique, c’est mieux. C’est une race rustique et solide, en frais vétérinaires on est sur du 5€ des 1 000 litres »

Comment gérez-vous le pâturage avec le robot de traite :

,

« Il y a 6-7 hectares pour 45 vaches à la traite et des vêlages toute l’année. Il n’y a pas de porte de pâturage, on utilise 2 barrières, 1 d’entrée et 1 de sortie. Donc elles sont obligées de passer par le robot pour sortir. C’est beaucoup plus simple pour les génisses, elles suivent les autres. L’été, la nuit, le jour, elles se gèrent. Le soir le 1er mois, il faut aller les chercher, puis elles reviennent toutes seules. Elles sont toutes dans le bâtiment le matin quand on arrive, couchées dans les logettes, dans la paille, tranquilles. On les soigne le matin et le soir, elles le savent. Il y a toujours un effet de groupe qui joue, et s’il fait trop chaud, elles restent dans le bâtiment en journée et sortent à la fraîche le soir et la nuit . »

Composition de la ration : Maïs ensilage 50%-60% / Herbe 25% / Luzerne 15% Tous les concentrés sont distribués au robot : 84€ de coût total.

La ferme

  • SAU : 78 hectares
  • Troupeau : 60 vaches Montbéliardes
  • Objectif : 435 000 kgs Equipement : 1 robot de traite Lely Astronaut A4 et passage vers le Lely Astronaut A5 en juillet 2019

Pourquoi Lely?

Partout dans le monde, les éleveurs font des choix sur la manière d'organiser et de gérer leur élevage. Chaque jour, nous les aidons à prendre les meilleures décisions, tant pour eux que pour leur élevage. Nous les conseillons et nous leur fournissons des solutions innovantes qui contribuent à une gestion efficace de leur élevage. Pour une production durable de lait et de viande. Aujourd'hui et demain.

Top